Visite pastorale en Suisse 6-9 Avril


Compte rendu de la Visite Pastorale en Suisse
par Mgr Raphaël du 6 au 9 Avril 2018

Une visite pastorale est non seulement le moment de prier avec la communauté locale mais aussi de se rendre compte de la réalité pastorale comme de la réalité sociale et économique du lieu où s'inscrit cette communauté. La visite que nous avons réalisée soeur Martine et moi a été riche dans tous les domaines et par le présent compte rendu je vais essayer de relater l'ensemble de nos visites mais aussi l'atmosphère des célébrations ainsi que du climat structurel local que nous avons trouvé en pleine mutation par rapport à l'année passée. Nous trouvons aussi une mine de projets pour notre communauté ce qui nous comble de joie.



            Vendredi 6 avril :

Même si la journée fut radieuse, je ne reviendrai pas sur le déplacement en bus entre Strasbourg et Zurich qui a prit onze heures au lieu de quatre heures. En effet, suite à divers ennuis avec le bus, nous sommes arrivés à 19h05 au lieu de 13h55.

Arrivés à Zurich et connaissant maintenant bien la gare centrale nous avons pu très rapidement prendre nos billets puis rejoindre le train pour Adliswill et, grâce à la superbe coordination des transports, en sortant du train nous avons eu un bus qui nous a déposé à quelques mètres de la mission de la Sainte Trinité où nous sommes arrivés à 20h00 précise alors que nous étions attendu à 19h00.
Un peu abruti par le voyage, c'est parmi les fidèles que j'ai assisté à la liturgie des vêpres du Sacré Coeur suivie du Salut du Saint Sacrement célébrés par notre diaconesse Soeur Birgit assisté par Frère Jürg. Il est bon de temps en temps de juste écouter et prier. Soeur Birgit dans sa prédication à développé le thème de l'Eglise nouvelle Eve qui est née du côté du Christ le nouvel Adam.

Après l'office, nous nous sommes retrouvés autour d'un bon repas où un gâteau avait été préparé pour souligner l'anniversaire de Soeur Martine.

Une belle soirée conviviale et fraternelle qui fut bien réconfortante. La soirée a permis aussi à l'évêque que je suis de pouvoir donner quelques conseils liturgiques à la communauté.

C'est vers 23h00 que Soeur Martine et moi sommes arrivés à Nidelbad pour prendre un repos bien mérité non sans avoir pris un grand verre d'eau si bienfaisante de ce lieu.

           
            Samedi 7 Avril :

Nidelbad est devenu pour nous comme une seconde maison puisque nous y retrouvons très vite nos habitudes.          

Une bonne douche, on prépare les habits liturgiques pour la messe et c'est parti pour une promenade matinale dans le parc pour aller voir les chèvres. On en profite aussi pour saluer les membres de la communauté diaconale qui s'occupe des lieux et que je suis toujours heureux de retrouver. Ensuite c'est autour du bon petit déjeuner de la maison que nous prenons des forces pour la journée.

Je vais ensuite faire mes oraisons dans la chapelle communautaire en attendant l'arrivée de soeur Birgit. Soeur Martine et moi nous rendons compte que les vitraux de l'église gallicane de Gazinet dont nous possédons le dernier exemplaire au Centre Miséricorde ont été fait ici en Suisse puisqu'ils sont de la même facture que ceux de Nidelbad. Nous en parlerons avec Marco l'historien de la communauté.

Soeur Birgit, très vite suivie de Christina, du père Patrick et du frère Jürg arrivent et nous préparons la liturgie du Dimanche de la Miséricorde.

A dix heures, nous entrons au son de la cloche dans la chapelle où ont pris place plusieurs personnes de la communauté de Nidelbad et de la communauté gallicane de Suisse. La Sainte Messe est célébrée en allemand par le père Patrick tandis que j'assiste pontificalement au trône. Durant la prédication, j'aborde le thème de la Miséricorde si chère à notre Union Gallicane mais aussi au centre de la vie de la diaconie de Nidelbad. Les chants de la messe furent rehaussés par l'orgue tenu magnifiquement par Monika. Nous la remercions vivement. A la communion comme au sacrement des malades, toute l'assemblée s'est approché des sacrements source de la Miséricorde divine. A la fin de la messe nous avons souligné le cinquième anniversaire de l'ordination sacerdotale du père Patrick puis nous sommes partis en procession auprès du Trône. Ce trône restera vide jusqu'au retour du Christ selon la spiritualité de la communauté. Après avoir invoqué trois fois "Viens Seigneur Jésus" nous sommes sortis sur le parvis pour prendre une photo et nous avons eu la belle surprise d'entendre notre ami Christian Würgler qui s'était mis à son clavier pour nous offrir un concert de carillon. Toujours une grande joie d'entendre le tintement des cloches mais aussi de voir les patients de la clinique communautaire qui sortent sur les balcons ou viennent aux fenêtres pour écouter mais aussi saluer le clergé. Comme a chaque fois j'en profite pour donner ma bénédiction à toutes et tous.

Un peu de rangement et la prière de midi avec la communauté puis nous nous rendons dans la grande salle à manger pour partager le repas avec nos amis. Au moment du repas, notre ami Marco Würgler qui n'a pas assisté à la messe à cause de sa toux nous rejoint pour manger avec nous et papoter bien entendu. Nous discutons de ses analyses des journaux de Mgr Haug leur fondateur et m'annonce qu'il va nous transmettre toutes les informations sur l'Église Gallicane qui se trouvent dedans. Nous faisons un panorama des communautés religieuses avec qui nous travaillons et nous évoquons aussi certains projets pour notre avenir communs. Enfin la discussion porte sur la spiritualité du Lavement des Pieds comme symbole de la diaconie et qui sera l'objet d'une étude ultérieure.

Après un rangement communautaire de la salle chacun part pour vaquer à ses occupations de l'après midi tandis que Martine et moi entamons une descente à pieds parmi les beaux jardins fleuris pour rejoindre le centre du village de Ruschlikon et les bords du lac de Zurich. Quel magnifique panorama s'offre à nous en ce jour ensoleillé où nous avons devant nous le lac et au loin les Alpes enneigées. Ayant appris que, suite à une protestation générale des zurichois, les suppléments hors de prix pour la navette en bateau ont été supprimés, nous prenons le bateau pour une petite croisière d'une demie heure qui nous conduit jusqu'à la Bürkliplatz au centre du Zurich. Le débarquement nous donne l'impression de débarquer d'une croisière de plusieurs jours puisque nous passons d'un petit village calme à une foule cosmopolite qui est de sortie pour profiter du premier jour de grand soleil. Nous profitons de la vie tranquillement en faisant un peu le tour des commerces de la place Bellevue. Cela nous permet de constate une nette baisse des prix depuis un an. Enfin nous nous asseyons paisiblement sur un banc pour profiter du soleil en attendant le rendez vous avec soeur Birgit.

Après s'être retrouvé nous partons en tramway vers le quartier d'Altstetten. Cette balade est agréable car elle permet de traverser différents quartiers plus populaires de Zurich et de découvrir une vie différente de celle tellement connue de la ville des banques. Nous pouvons admirer en passant le Letzigrund Stadion qui ce soir-là accueille un match du FC Zurich.

Enfin nous arrivons à Altstetten où nous rejoignons père Patrick et frère Jürg pour un bon repas italien.

Le retour est intéressant quand dans le tram des milliers de supporters arrivent en même temps que nous et pourtant nous n'avons aucune crainte tout se passe dans la bonne humeur, c'est agréable. Enfin nous reprenons le bus pour Nidelbad en remarquant que même à vingt-trois heures les transports en communs sont encore très fréquentés.
            Dimanche 8 Avril :

Notre dimanche sera consacré à la visite de la Ville de Saint Gall. Après un copieux petit déjeuner, nous partons en bus jusqu'à Zurich puis nous remontons à pieds la Bahnhof Strasse qui dans sa première partie est la rue des banques et des boutiques de luxe. Autant dire qu'un dimanche matin elle est déserte. Cela change à partir de la statue de Pestolazzi où la rue devient plus populaire au fur et à mesure de notre approche de la gare. Nous rejoignons soeur Birgit qui nous attends sous la grosse horloge.

Le train est très fréquenté puisqu'il dessert aussi l'aéroport de Zurich. Nous nous arrêtons à Winterthur où nous rejoigne frère Jürg et Christina, puis nous arrivons à Saint Gall.


Cette ville située à 675 mètres au dessus du niveau de la mer est très charmante et toute entière construite autour de son abbaye Saint Gall. L'abbaye fut fondée par Saint Othmar en 720 autour de l'ermitage et du tombeau de Saint Gall ancien disciple de Saint Colomban mort en 655 et qui vécu en ces lieux à partir de 613 avec plusieurs disciples dont Saint Magnoald, mon saint patron dans l'ordre colombanien. L'abbaye celtique est devenue par la suite bénédictine et fut surtout connue pour sa grande érudition. Elle est actuellement un joyau de l'art baroque. Son église abbatiale est devenue cathédrale du diocèse de Saint Gall et elle conserve les reliques des Saints Gall et Othmar. Malheureusement on ne peut prier que devant deux petits reliquaires, les tombeaux étant dans des cryptes fermées à la visite. Une chose émouvante dans la cathédrale est que nous pouvons prier devant la cloche de fer blanc apportée d'Irlande par Saint Gall et suspendue près de son autel.

Autre trésor à voir, c'est la somptueuse bibliothèque baroque de l'abbaye. Elle est une pure merveille architecturale mais elle contient aussi de nombreux trésors et manuscrit de l'époque mérovingienne, des manuscrits irlandais de grande qualité et le plan "dit de Saint Gall" représentant l'abbaye idéale aux temps carolingiens. Nous y avons passé un merveilleux moment. Cette visite nous a aussi permit d'acquérir un livre reprenant toutes les partitions des séquences liturgiques composées au Xe siècle par le bienheureux Nokter le Bègue. Elles seront chantées dans nos communautés pour les grandes fêtes.

Nous découvrons l'église réformée Saint Laurent qui est une ancienne église médiévale restaurée en style néogothique au XIXe siècle et dont les fresques viennent juste d'être superbement rafraîchies. Nous découvrons aussi la vie de Vadian le réformateur de la ville.

Par la suite nous nous sommes rendus à la découverte de la vie de Sainte Wiborada qui était recluse près de l'église Saint Magnoald et qui est morte martyre par les hongrois le 1er mai 926. L'église Saint Magnoald est devenue réformée mais elle contient toujours la fenêtre de la cellule de la Sainte et à l'extérieur la fontaine construite en son honneur.

Nous avons profité de la journée pour prier pour nos frères et soeurs de l'ordre de Saint Colomban et aussi une pensée affectueuse pour mon prédécesseur dans l'ordre et père spirituel Mgr Gall Yvon Laigle qui nous a quitté il y a quelques années.

Après avoir encore flâné dans les agréables ruelles médiévales de la ville nous avons repris le train pour Zurich et durant le voyage la fatigue a commencé à se faire sentir. Arrivé à Zurich nous avons pris une légère collation pour que soeur Birgit puisse attraper son train pour rentrer chez elle. Ensuite nous avons fait une balade le long des quais de la Limmat qui prends sa source dans le canton de Glaris et se jette dans le lac au niveau de la Bürkliplatz. En ce dimanche soir nous découvrons encore un autre aspect de la ville avec de la musique dans les bars et sur les terrasses et même un orchestre de salsa faisant danser de nombreuses personnes sous les arches de la Wasserkirche.

Ensuite nous prenons le bus qui nous ramène à Nidelbad pour notre dernière nuit sur les terres suisses.


            Lundi 9 Avril :

Comme d'habitude avant le petit déjeuner nous faisons un tour près des chèvres du parc et je m'attarde auprès de chacune pour une caresse et leur donner un peu d'herbe. Après déjeuner, je vais faire les actions de grâce pour ce beau week-end à la chapelle puis nous saluons nos hôtes qui encore une fois ont pris en charge la moitié de notre hébergement le reste étant pris en charge par la communauté gallicane d'Adliswill.

C'est toujours un pincement au coeur de quitter ces lieux.

Nous prenons le bus pour rejoindre soeur Birgit à la gare pour les adieux et elle nous fait la surprise d'offrir au nom de sa communauté pour le Centre Miséricorde un très joli encensoir qui sera consacré le samedi suivant à la messe pontificale.

Ce coup-ci le bus est à l'heure et à midi pile nous partons pour Strasbourg. Pas d'arrêt en douane cette année et c'est à 16h05 que nous arrivons à Strasbourg fourbus mais heureux.
Je remercie encore tous les acteurs de ces journées merveilleuses pour leur accueil et leur fraternité.

Avec ma bénédiction

+ Raphaël
le 15 Avril 2018



BILAN RELIGIEUX

Le bilan religieux n'a pas beaucoup changé par rapport à l'année passée dans le canton de Zurich mais nous constatons une nette amélioration des choses pour notre communauté gallicane. En effet de nombreux projets sont en cours avec la communauté de Nidelbad et des rencontres sont prévus pour affiner cela.

Une rencontre va aussi être organisée prochainement à l'initiative de la radio catholique Maria.

Nous pouvons saluer aussi la belle coopération de notre clergé avec la communauté catholique du Saint Esprit de Höngg-Zurich et son curé le père Marcel Von Holzen. Tous les mois une célébration de la messe dite "Solemnitas" est célébrée par le père Marcel avec soeur Birgit comme diaconesse et frère Jürg comme sous diacre. Cette célébration qui a lieu dans l'église paroissiale avec les deux communautés réunies se veut comme une fenêtre oecuménique. Nous aimerions que des choses pareilles puissent se produire en France. La communauté de Höngg a même offert à soeur Birgit pour sa chapelle et pour le centre du matériel liturgique.

La brocante mensuelle de la communauté d'Adliswill sur la place du village va reprendre ce mois-ci et elle est une belle source de revenu pour nos activités suisses.

La communauté suisse, même si elle est modeste, est très active et est appelée dans les prochaines années à un fort développement.


BILAN ECONOMIQUE

L'année dernière je m'étais attardé longuement sur les réalités économiques du canton de Zurich. Les choses n'ont pas beaucoup changé en général mais nous constatons tout de même une baisse des prix tant dans les restaurants que les commerces. La pression des habitants aussi à permit de régler le problème des bateaux. Un soubresaut peut être d'une vision un peu plus juste et sociale des choses ? Nous l'espérons de tout notre coeur.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre Pastorale : Un Chrétien doit dire non aux sacrifices modernes

Mgr Raphaël rencontre Brigitte Bardot

Mémorial aux animaux victimes de la barbarie religieuse